Rugby: victoire de la France 20-18

Publié le par Louis Blaise

Je ne connais pas bien le rugby, je l'avoue. A peine l'ai-je suivi ces dernières années, tout comme le football. Mais comme la coupe du monde se déroule en France, mis à part pour ce quart de finale, j'ai bien dû me mettre à m'intéresser à ce sport. Ce n'est pas que j'ai l'instinct grégaire, mais le sport à ce niveau de la compétition, quel qu'il soit, a un réel intéret. A l'heure où j'écris, le match vient juste de finir, et dehors, déjà, des voitures klaxonnent, des gens chantent, certainement suspenduent à la portière de leur voiture.
 
Ce n'est pas rien, l'équipe de France a battu celle des All Blacks, l'équipe favorite de cette coupe du monde. Il s'agissait de l'équipe favorite, et elle tombe en quart. La finale rêvée était jusqu'ici France/Nouvelle-Zélande, et il n'en sera pas ainsi. J'ai su dès le haka que les All Blacks tomberaient. Il y eut d'abord les hymnes, durant lesquels les All Blacks ont chanté avec leur coeur, mais l'équipe de France aussi...! Plus tard lorsque les All Blacks ont entamé le haka, l'équipe de France s'est réunie, tout près, et debout, stoïque! Et il y avait les regards déterminés, celui de Chabal, un regard terrible, du haut de ses un mètre quatre-vingt douze, qui défiait. Les all Blacks avaient tout simplement l'air d'aboyer, mais ne semblaient plus si méchants.
 
L'équipe des All Blacks, magnifique techniquement, et pleine de d'énergie, semblait invincible. Son première essai est superbe, la balle fuse, d'un joueur à l'autre, passant dans les trous de souris de la défense française. Durant toute la première partie du match elle a dominé, attaquant, enfonçant la défense française, qui résistait et qui tachait de repousser au maximum les coups de boutoir de l'équipe adverse, avec beaucoup d'acharnement, même lorsqu'elle était menée, mais qui ne lâchait jamais.
 
Chabal est arrivé, et dès le départ il est pris à parti, plaqué par trois all blacks, avec du mal cependant! On arrête pas ainsi 1.92 m et plus de cent kilos! Il ne se laissait pas faire non plus... A-t-il fait basculer le match? Rien n'est moins sûr. Toujours est-il que c'est à ce moment-là que le match s'est renversé. D'un seul coup, l'équipe qui avait tenu bon, s'est révélée plus offensive, et plus sûre d'elle-même. L'équipe avait tenu bon, avec du mal, et elle s'est révélée capable de se retourner pour marquer un dernier essai capital qui allait lui assurer la victoire.
 
Même pour un novice comme moi, un tel match est intéressant. Ce qui compte dans une coupe du monde, c'est souvent la détermination, et l'entente qui règne dans l'équipe. Le prochain match se jouera entre la France et l'Angleterre, mais je suis convaincu que l'équipe de France s'en sortira bien: lorsque Fabien Pelous a été interrogé, il a répliqué qu'il avait craint de jouer son dernier match, mais qu'il lui en restait deux. C'était involontaire... il part gagnant, tout simplement, et c'est ainsi qu'une équipe gagne... en ayant peur de perdre, mais en étant sûre de gagner à la fois.

Publié dans sport

Commenter cet article